Hyperthermie régionale – quelles sont les températures réellement atteintes en profondeur ?

L'objectif de l'hyperthermie est d'augmenter la température dans une zone ciblée. Le principe reste le même lorsque la zone ciblée est située en profondeur, comme c'est le plus souvent le cas. Le plus simple et le plus pratique est alors de mesurer la température. Ce qui peut se faire avec un capteur thermique. Mais cela passe tout d'abord par le fait de se demander comment placer le capteur au point de mesure situé à l'intérieur du corps. Il ne parait pas très séduisant d'envisager une opération pour mettre le capteur en place. Les orifices naturels de l'organisme sont intéressants. Il est facile de positionner un capteur dans l'intestin, en tout cas dans le côlon, à l'endroit souhaité. Dans le cancer des ovaires chez la femme, il est relativement facile de mesurer la température à proximité de la tumeur solide. Acheminer un capteur par un fin guide en fibre de verre se fait aussi dans la zone du cou et de l'œsophage. Les solutions simples manquent en revanche lorsqu'il s'agit de tumeurs au pancréas, au foie ou au cerveau.

Les méthodes de mesure non invasives de la température sont intéressantes à comparer lorsqu'il s'agit de mesurer la température interne depuis l'extérieur. Il existe plusieurs procédés mais un seul a permis jusqu'ici d'obtenir des résultats acceptables : l'IRM. Cette IRM doit être adaptée pour permettre de mesurer la température lors d'une séance régionale, avec pour conséquence qu'elle ne peut être utilisée qu'à cette seule fin. Ce qui en fait un thermomètre ultra-cher qui n'a donc été utilisé jusqu'ici que par très peu d'hôpitaux universitaires.

Une autre variante, toutefois bien insuffisante, consiste à calculer la température dans un modèle à partir de paramètres techniques, telle qu'elle devrait évoluer théoriquement. Ces modèles sont par nature très discutables car ils ne prennent pas en compte l'effet de refroidissement de la circulation sanguine et simplifient l'hétérogénéité des tissus. Lorsqu'avec certains appareils, un écran affiche la progression régulière et formidable de la température au-delà de 40°C, il ne s'agit que de poudre aux yeux.

Pour s'en rendre compte, il faut voir qu'il n'est pas simple du tout d'obtenir l'élévation souhaitée de la température en profondeur dans une région du corps. Des protocoles exigeants sont pour cela nécessaires. Protocoles qu'il convient de valider à partir de mesures réalistes au moment de leur élaboration.

Laissez-nous vous présenter quelques mesures sur ce blog...

Martin Rösch

Martin Rösch et son savoir-faire sont intimement liés à Celsius42 depuis sa fondation. Il s'est occupé pendant de nombreuses années des questions traitant de l'utilisation clinique en tant que travailleur indépendant. Associé à des clients, notamment au Dr. Hüseyin Sahinbas, il a mené des essais précliniques sur les températures et a contribué à définir les profils de puissance à appliquer. Il a participé à des projets d'études en fournissant données et conseils et a accumulé des années d'expérience en rendant visite aux clients ou bien en discutant avec nos utilisateurs de l'hyperthermie et d'autres. Martin Rösch s'est vu inviter comme intervenant à des congrès d'oncologie sur le sujet de l'hyperthermie dans plus d'une dizaine de pays. Il est aussi l'auteur de publications sur la question dans des revues spécialisées avec révision par des pairs.

Envoyer un e-mail

Contact

Celsius42 GmbH
Hermann-Hollerith-Str. 11
52249 Eschweiler
Deutschland

+49 (0) 24 03 – 7829 230
Envoyer un e-mail

Celsius42 Korea LTD
Gunpo IT-Valley, S-B102, 17, Gosan-ro 148 Beon-gil,
Gunpo-city, Gyunggi-do,
South Korea

+82-70-5208 7622
Envoyer un e-mail